Le jour où Facebook devint un marché au puces

Ça y est. J’attendais le jour où Facebook allait devenir la somme de toutes les plaies du Web. C’est arrivé. D’accord, c’est une machine drôlement efficace qui a réussi à amalgamer 500 millions d’abonnés en un seul endroit. À lui seul, cet exploit mérite qu’on coule une statue de bronze à l’effigie de Zuckerberg. Par contre, après avoir subit les premiers assauts de spam, d’avoir appris que telle personne avait la personnalité d’un panda (ascendant couleuvre) et d’avoir reçu, chaque jour des messages publicitaires dans ma boite de réception, voilà qu’entre la dimension marché au puces avec le nouveau trend de eCommerce dans Facebook et MySpace.

Sincèrement, on a sacré lorsqu’on a reçu trop de pourriel dans nos boites de courriels, on a paniqué en recevant des liens de virus dans les messageries instanées, je n’ose pas imaginer ce qu’une plateforme ouverte comme Facebook va attirer comme crooks, vlimeux et pas sérieux dans un avenir proche… Nous verrons bien !