Comportements à considérer pour l’optimisation

Lorsque le CEFRIO indique, dans sa dernière publication sur le e-commerce, que le Québec a pris du retard quant au e-commerce, il laisse miroiter un klondike énorme pour plusieurs entrepreneurs québécois.

Le Québec compte de plus en plus de cyberacheteurs, qui dépensent davantage chaque année . Pour autant, les PME québécoises (de 5 à 499 employés) sont significativement moins nombreuses (65,7%) que celles du reste du Canada (70,9%) à posséder un site Web, et seulement 15,2% de celles qui en possèdent un font de la vente en ligne. Le Québec pourrait ainsi, à terme, perdre des clients au profit de concurrents extérieurs

Le marché est sous-exploité, ne reste qu’à construire le site Web et l’affaire sera ketchup !

C’est oublier que faire des affaires requiert du flair et des stratégies marketing minimales. Et c’est négliger le fait que l’attention d’un internaute est infiniment plus réduite qu’un consommateur dans un magasin physique.

Un petit article sympathique rappelant les règles de base de la conversion destiné aux courageux qui se lancent dans l’aventure d’un e-commerce.