Category: Médias sociaux

Le jour où Facebook devint un marché au puces

Ça y est. J’attendais le jour où Facebook allait devenir la somme de toutes les plaies du Web. C’est arrivé. D’accord, c’est une machine drôlement efficace qui a réussi à amalgamer 500 millions d’abonnés en un seul endroit. À lui seul, cet exploit mérite qu’on coule une statue de bronze à l’effigie de Zuckerberg. Par contre, après avoir subit les premiers assauts de spam, d’avoir appris que telle personne avait la personnalité d’un panda (ascendant couleuvre) et d’avoir reçu, chaque jour des messages publicitaires dans ma boite de réception, voilà qu’entre la dimension marché au puces avec le nouveau trend de eCommerce dans Facebook et MySpace.

Sincèrement, on a sacré lorsqu’on a reçu trop de pourriel dans nos boites de courriels, on a paniqué en recevant des liens de virus dans les messageries instanées, je n’ose pas imaginer ce qu’une plateforme ouverte comme Facebook va attirer comme crooks, vlimeux et pas sérieux dans un avenir proche… Nous verrons bien !

L’opportunité des marques

En suivant mes différents fils d’informations, je suis tombé sur une très récente étude vantant les capacités des réseaux sociaux de rapprocher les utilisateurs des marques. Ça permet de compléter le commentaire de Guillaume Joly fait sur mon article précédent. Pour résumer :

46 % des utilisateurs de médias sociaux (UMS) ont recommandé ou parlé d’un produit ou d’une marque sur Facebook
44% l’ont fait sur Twitter
25 % ont recommandé un produit ou une marque directement à un amis sur les réseaux sociaux
20 % en ont parlé sur les réseaux sociaux après avoir vu une publicité ailleurs.

25 % des UMS sont allé directement dans un ecommerce après avoir appris quelque chose à propos d’un produit ou d’une marque

27 % ont été réceptifs aux événements, offres spéciales ou promotions reçues sur les réseaux sociaux
Parmi ces offres:
32 % des UMS préfèrent les coupons imprimables
28 % préfèrent les ventes
23 % préfèrent les points à accumuler

L’article de Brandweek résume bien ce qu’il faut retenir dans tout ce concept de présence active sur les réseaux sociaux :

Brands have a bigger opportunity than people would think—consumers are open to receiving promotions and offers from brands that they’ve connected with through social networks

[...]

Social networking between a consumer and a brand has created this interesting dynamic where you’re making a brand your friend and you’re treating like a friend.

[...]

Find where your audience is and go out there and engage with them to give them things that will get them to buy with you.

Et finalement, la phrase qui tue :

They may have had a great experience with you or they may post something on Twitter about having an horrendous opportunity with you, but turn that into an opportunity to connect with someone and build a relationship with them

Il n’y a rien de plus à dire…

À la recherche de talents ?

Plusieurs entreprises ont compris que pour dénicher des candidats de qualité pour des postes de haut niveau, il fallait avoir recours à des chasseurs de têtes professionnels. Le processus souvent coûteux décourage les entreprises à l’utiliser pour des postes à responsabilités limitées. Et si le web aidait les responsables de ressources humaines à devenir des chasseurs de tête à une fraction du coût ?

Dans sa plus résente étude, JobVite affirme que l’utilisation de réseaux sociaux permet l’embauche de candidats de plus grande qualité. 95% des recruteurs sondés utilisent LinkedIn et 59% utilisent Facebook dans leur stratégie de recrutement.

Facebook pour rejoindre ses clients ? Vraiment ?

À peu près tout a été dit sur comment Facebook permet de créer une “conversation” avec ses consommateurs. Les entreprises peuvent “écouter leurs clients”, peuvent “dialoguer sans filtre”, bla-bla-bla, blu-blu-blu…

Qu’en est-il des consommateurs ? Embarquent-il dans le jeu ? Il semblerait que oui :

Selon MediaCurves

  • 74% de leurs visiteurs utilisent Facebook
  • 52% de leurs visiteurs sont “fans” d’un produit, d’une compagnie ou d’une marque

En tant qu’entreprise, hésitez-vous vraiment encore à être actif sur Facebook ?

Le nouveau dada de Google

Ce n’est pas nouveau : Chaque jour, on est bombardé par de la publicité de masse qui nous incitent à acheter un produit, à utiliser un service, à essayer une nouveauté…

Lorsqu’on veut faire un achat significatif, la plupart d’entre nous, consommateurs, allons valider auprès de sources de confiance : la conjointe, un ami, un utilisateur aguerri, un expert, etc. Le but de l’exercice : se faire confirmer que le choix proposé par la publicité est effectivement le choix qui nous convient le mieux.

Le web social, lieu encensé par les marketers du monde, représente une solution oh-combien-alléchante pour connaitre rapidement et à peu de coûts l’appréciation d’un produit/service et pour personnaliser au maximum l’offre de produit/service.

Google a flairé la bonne affaire et risque fort bien de délaisser la recherche traditionnelle et étendre ses tentacules dans le web social pour attirer un plus grand nombre d’entreprises à utiliser ses services.