Category: e-Commerce

Mieux magasiner en ligne

Hier, je cherchais des souliers de soccer en ligne. C’est pour des parties récréatives et j’ai joué une fois dans ma vie. Je cherchais donc mes souliers dans les sections “Ventes” (Sales) des sites de eCommerce.

Tendance marquée : Impossible de filtrer par grandeur !

Sur un inventaire normal, on peut s’attendre à trouver la grandeur de soulier recherchée de sorte qu’il n’est pas nécessairement obligatoire de s’interroger, avant de trouver le soulier, si la grandeur est disponible.

Par contre, lors de ventes, il reste souvent de très petits ou de très grands souliers. Dans une section de “Ventes” sur un site de eCommerce de vêtements, tous les commerçants devraient donner la possibilité de filtrer les produits par grandeurs restantes en inventaire.

Ça éviterait beaucoup de clics et de désespoir d’achat.

EXEMPLE

Le site World Soccer Shop propose un classement des ventes selon un intervalle de prix qu’on est prêt à payer. Par contre, une fois entré dans la section, il faut ouvrir chacune des fiches et cliquer sur la liste de grandeurs pour déterminer si la grandeur cherchée est disponible. Ça nuit vraiment à l’expérience d’achat.

 

Comportements à considérer pour l’optimisation

Lorsque le CEFRIO indique, dans sa dernière publication sur le e-commerce, que le Québec a pris du retard quant au e-commerce, il laisse miroiter un klondike énorme pour plusieurs entrepreneurs québécois.

Le Québec compte de plus en plus de cyberacheteurs, qui dépensent davantage chaque année . Pour autant, les PME québécoises (de 5 à 499 employés) sont significativement moins nombreuses (65,7%) que celles du reste du Canada (70,9%) à posséder un site Web, et seulement 15,2% de celles qui en possèdent un font de la vente en ligne. Le Québec pourrait ainsi, à terme, perdre des clients au profit de concurrents extérieurs

Le marché est sous-exploité, ne reste qu’à construire le site Web et l’affaire sera ketchup !

C’est oublier que faire des affaires requiert du flair et des stratégies marketing minimales. Et c’est négliger le fait que l’attention d’un internaute est infiniment plus réduite qu’un consommateur dans un magasin physique.

Un petit article sympathique rappelant les règles de base de la conversion destiné aux courageux qui se lancent dans l’aventure d’un e-commerce.

e-Commerce et achats récurrents

En 2006, lorsque je travaillais avec Pierre-Claude Roy chez Évolubiz, nous échangions souvent sur différents modèles d’affaires de e-commerce. Un des points discutés était la capacité de générer des affaires répétitives sur des produits récurrents.

La fréquence d’achat de verres de contact ou de couches jetables est facilement déterminable lors d’un achat initial. Avec l’adoption des modèles d’affaires dits “entitlement” qui requièrent un abonnement pour utiliser le service, de nouvelles applications pour les e-commerce se dessinent.

On pourrait ainsi s’offrir un abonnement annuel à des verres de contact jetables au jour. Chaque mois, une boite serait envoyée au consommateur avec les verres de contacts mensuels. Même chose pour les couches jetables.

Mon abonnement aux sous-vêtements

Mais si je pouvais conseiller mes amis de www.MesBobettes.ca, je leur suggèrerais d’essayer l’expérience de l’abonnement aux sous-vêtements. Le fonctionnement pourrait être celui-ci :

  1. Je détermine la fréquence où j’aimerais recevoir les sous-vêtements
  2. Je détermine la qualité (de base, haut-de-gamme, très-haut-de-gamme)
  3. Je sélectionne quelques couleurs préférées
  4. Je sélectionne mes marques fétiches
  5. Hop, le système détermine le coût mensuel
  6. Chaque période, je reçois mes sous-vêtements par la poste sans effort

C’est peut-être audacieux, c’est peut-être non logique, mais des marques comme Zappos avec leur retours gratuits et Frank & Oak avec son Hunt Club sont en train de révolutionner la façon de magasiner en ligne. Pourquoi ne pas démocratiser l’abonnement aux sous-vêtements ?

Hosted e-commerce or not ?

Dernièrement, je rencontre beaucoup de clients qui m’interpellent pour les appuyer dans leur démarche d’implantation de e-Commerce. Une des question qui revient souvent est :

Pourquoi je paierais 50 K$ pour un e-Commerce quand je peux utiliser un hosted e-Commerce pour 45$ par mois ?

Ma réponse se résume très fréquemment à trois points principaux :

  1. Une version complète développée spécialement pour ton entreprise devient un actif dans l’entreprise.
  2. Une version hosted ne te permet pas d’adapter le e-Commerce pour le façonner à ton expérience de marque
  3. Une version hosted te menotte dans un environnement restreint qui t’enlève le swiftness que toute entreprise de détail a besoin pour survivre dans son marché

Vendre des produits au détail requiert une constante adaptation de l’entreprise pour rester en avant de la compétition. Avoir le plein contrôle de son e-Commerce permet de s’adapter. L’extrait suivant appuie cette philosophie :

If you have read this blog for a while you may have noticed by now that commerce is a highly dynamic process and a standard software product can only take you so far. (BTW, even it’s a no-brainer: if you can use the brilliant new features of system X or Y, you competitor can – and will! – use them too.) At the end of the day, the ones who adapt to ever-changing markets the fastest will prevail. Don’t even try to think in decades of software usage. Most commerce projects are completely overhauled every 2-3 years

Deux choix s’offrent aux entreprises pour leur e-Commerce, la table qui vend 20 casseaux de fraises au coin d’une rue ou une fruiterie à part entière. Aucune n’est meilleure que l’autre, tout dépend de ce que l’entreprise s’attend de son expérience de e-Commerçant.